• 543 visits
  • 86 articles
  • 999 hearts
  • 51 comments

World of darkness 25/04/2018

Play the video


Un être privé de la fonction de l'irréel est un névrosé, aussi bien que l'être privé de la fonction du réel.

Bachelard.

08/10/2018

03/10/2018



Je suis un improductif !
Je suis un parasite !
Je suis un étranger dans mon propre pays !
Je suis la merde de ce monde !

Je suis fragmenté !
Je suis devenu feignant !
Je suis devenu récalcitrant !
Je suis plein de ranc½ur !

Mais tout cela n'est pas arrivé pour rien.
Vous m'avez exploité sans espoir de future
Vous m'avez rabaissé avec votre hiérarchie
Vous m'avez humilié avec votre pseudo supériorité
Vous m'avez séquestré avec vos contras précarisés

Vos certitudes hégémoniques, économiques
Basée sur la déshumanisation, l'aliénation de l'être,
Au profit de l'humain machine soumis et serviles.
Refusant toute autre forme de conscience.
Plutôt que de faire l'effort de la conciliation et de la paix.
L'acceptation d'entité résonnante différente.

Les efforts se sont les autres qui doivent les faire.
Vous qui exploitez la misère, par ce qu'il vaut mieux
Que ce soit les autres que vous !
Votre gestion m'a poussé à ne plus rien accepter !
Vos calculs de « raisons », sans vie.
Je ne les servirais plus !

Je sais que je vais tout perdre
Jusqu'à la vie
Par ce que vous n'avez pas de limite.

Je sais qui vous êtes !
Mieux vaut les autres que vous !
Vous n'êtes pas individualiste,
Mais lâches, dédaigneux, égoïstes, cupides, vénales, envieux,
Vous avez les représentant que vous méritez
Mauvais jusqu'à la moelle quelque soient vos religions,
vos croyances, vos certitudes, vos origines

Les pseudos Anarchistes très cultivé peuvent blablater
Ils peuvent raconter leur historique de raison, eux aussi !
Nombre d'entre eux sont des nantis, des petits bourgeois
Des rentiers appelants à la liberté, si l'on ne touche pas à leur plaisir
De droite, de riches décomplexées !

Vous êtes prêt à tuer pour ne rien lâcher !
Vous êtes prêt à laisser mourir pour ne rien partager !
Pour moi vous n'avez plus droit au chapitre de l'humanité
Vous n'appartenez plus à l'espèce humaine
Bande d'enfoiré, vous avez oublié votre famille !
L'humanité, la vie, la biodiversité !

Mais cela ne touchera personne !
Ce que l'on est, ce que l'on ressent, n'est jamais pris en compte !
Il n'y a que dans la violence et le sang que les gens se réveillent !
Et au lieux de se remettre en question
Ils blâment la violence, affirment que c'est Mal,
sans plus se poser de question...

En réalité c'est plutôt moi qui réfute mon appartenance à votre existence.

S'il faut être traité d'infidèle
Oui je le suis !
S'il faut être traité d'insoumis
Oui je le suis !
S'il faut être traité d'esprit rebelle
Oui je le suis !
S'il faut être traité de Démon
Oui je le suis !

Je serais tout ce que vous n'êtes pas !
Jusqu'à ce que j'en crève !

Je sais pourquoi j'ai refusé de suivre le malstrom des âmes dorées « lumineuses »...

02/10/2018



Si tu paies pour l'Amour
C'est que tu n'as rien compris
A l'Amour...

23/09/2018



Une foi de plus la nuit me parle... Elle est sombre cette nuit obscure que j'aime tant... Elle est faites de ténèbre que certain disent insondable. Mais les ténèbres n'ont pas besoin d'être sondée. Il suffit juste de les laissées venir à soit, de les laissées venir en soit. Si tu as peur... Tu n'entendras pas le murmure de ces mots ...

Et elle me parle, la dame nocturne aux voiles de sommeil sans repos... Elle dit :

« Qu'a ne plaise à la cour ! Ils sont nombreux à vouloir le rôle de l'animal savant. Ils sont nombreux ces humains à vouloir faire démonstration de leur science devant la cour. Mais quelle cour ? La cour des rois ?

Il sont nombreux ces indigènes homo sapience à vouloir démontrer qu'ils ont bien appris a ce servir de leur esprit et de leur langage. Animal de cirque, applaudit par le maître et ces invité(e)s reconnaissants : « Il fait bien le beau ! Ne trouvez vous pas !? ».

Ils sont nombreux à vouloir monter sur l'estrade, être au pupitre, être au centre de l'attention et faire le cabot devant la multitude béate. Cette masse surprise par le ridicule de ce primitif dénudé faisant démonstration du besoin de reconnaissance. Une reconnaissance d'avoir bien appris sans sortir du cadre établi.

Faudrait-il encore que la bête de concourt sache à qu'elle point elle reste dans le cadre hiérarchique. Dans ce jeu d'esprit, le primitif est enivré par l'attention que lui seul peut suscité. Aveuglé par ça prestation, il appel a ouvrir les yeux, alors que ce sont les consciences qu'il faudrait délacer.

Sans présumer, la naïve créature dressée aimerait à croire que tous, comme elle, aiment cette existence dédiée au conflit interne qui la torture. Que tout n'est qu'amour du conflit et que tout naît de la guerre entre puissant et faible. Que le chaos lui-même n'est que mort et destruction, alors qu'il ne s'agit que de l'entropie et non du chaos...

Elle aimerait que tous ne soient inspirés et motivés que par cette idée imbécile que l'on s'ennuierait s'il n'y avait pas de conflit. Il faut vraiment ne pas avoir souffert de quelque façon qu'il soit pour aimer le mal.

Que tous, comme elle ont se souvenir de l'être libre qu'elle doit éteindre et étouffer, dans un effort violent. Afin de se conformer aux règles de la vérité ascensionnelle, insidieusement distillé par son précepteur, être plus que l'autre et le montrer...

L'humain est devenu cet être nu que l'on montre, lors de soirées privées à ces ami(e)s de bon goûts : « Regardez ! Et il sait même parler notre langage ce sauvage, il sait compter et raisonner ! Hohohohoho ! ».

Mais dans ce scénario pathétique, ou les érudits montre et démontre qu'ils ont plus de talents les uns que les autres. Les vrais êtres libres restent toujours les mêmes. Ce sont ceux qui ont les moyens des chaînes. Et les animaux de foire s'enorgueillent des applaudissement et des approbations de leurs spectateurs méprisants.

Les maîtres restent toujours les mêmes, et rient, et s'amusent de l'intelligence déployée, de l'intelligence dévoyé, devant eux...

Ces seigneurs d'un autre temps, où ils avaient le loisir d'extraire quelques autochtones de leur habita naturel. Et qu'ils dressaient ; avant de pouvoir les exposer comme autant de trophés, dédiés à leur pouvoir de domination.

Les maîtres du déplacement d'ego, restent ceux qui ont les moyens de produire et d'exploiter les chaînes physique et métaphoriques... Et le cirque continue »...

Le jour se lève, les ténèbres m'abandonnent et je les laisse m'abandonner, car je les aime. Et comme elles savent que je les aime. Je sais qu'elles reviendront... Et nous pourrons à nouveau nous satisfaire de notre mutuelle présence.

29/08/2018



Elle écrit...
"je parle avec tout le monde sauf avec toi."

Quoi de plus normal...
Je ne dis pas oui à tout ce que tu dis...
Comme un chien attendant ça récompense...

16/08/2018



Horloge ! dieu sinistre, effrayant, impassible,
Dont le doigt nous menace et nous dit : » Souviens-toi !
Les vibrantes Douleurs dans ton coeur plein d'effroi
Se planteront bientôt comme dans une cible,

Le plaisir vaporeux fuira vers l'horizon
Ainsi qu'une sylphide au fond de la coulisse ;
Chaque instant te dévore un morceau du délice
A chaque homme accordé pour toute sa saison.

Trois mille six cents fois par heure, la Seconde
Chuchote : Souviens-toi ! – Rapide, avec sa voix
D'insecte, Maintenant dit : Je suis Autrefois,
Et j'ai pompé ta vie avec ma trompe immonde !

Remember ! Souviens-toi, prodigue ! Esto memor !
(Mon gosier de métal parle toutes les langues.)
Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues
Qu'il ne faut pas lâcher sans en extraire l'or !

Souviens-toi que le Temps est un joueur avide
Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c'est la loi.
Le jour décroît ; la nuit augmente, souviens-toi !
Le gouffre a toujours soif ; la clepsydre se vide.

Tantôt sonnera l'heure où le divin Hasard,
Où l'auguste Vertu, ton épouse encor vierge,
Où le repentir même (oh ! la dernière auberge !),
Où tout te dira : Meurs, vieux lâche ! il est trop tard ! »

Charles Baudelaire, Les fleurs du mal

18/08/2018



Quand on a trop subit...
Il arrive un jour où...
Le problème ce n'est pas l'idée du suicide...
L'idée s'estompe d'elle même...
Le problème devient...
De ne suicider personne...

Le monde des dieux... 07/08/2018



Il parait que les jeux sont un enseignement...

Je vois des êtres immortels au pouvoir incommensurable, se livrer à des batailles incessantes, dans des mondes absolus, sans qu'aucune résolution au conflit n'advienne... Esse là, la sagesse ? Ou la sagesse doit elle naître de là ?

Que nous enseigne tous ces adeptes des combats dans l'éther ? Que nous démontres tous ces héros de l'immatériel, plus puissant et immortel les uns que les autres ? Que font ces dieux de la guerre perdu dans l'aveuglement de leur violente ignorance.

Détruisant sans cesse ce qui ne peut être détruit et augmentant sans cesse un pouvoir d'annihilation s'avérant totalement inefficace face à l'éternité de ces ennemis supposés...

Leurs vaines luttes aliénées se change en un ridicule obstiné. Ne pouvant mourir, tout conflit, tout combat devrait perdre tout intérêt. L'adversaire ne pouvant être effacé de la réalité. La volonté d'imposer son paradigme devrait laisser place à l'écoute et au dialogue des uns envers les autres...

Hors, qu'en est il sur la terre des humains et des mortel, quand est il dans les faits ? Quand les mortels se prennent pour des Dieux ? Les jeux du cirque en deviennent ils moins violents ? Regardez les jouer...

Certain aimerait être immortel, comme des Dieux... Mon avis est qu'il est bon que les êtres vivent, vieillissent et meurent. Qu'ils soient encore soumis aux lois de l'entropie. Du moins tant qu'ils n'auront pas perdu se goût dément pour l'asservissement et la mort des autres... Voilà pourquoi, je me considère comme un déicide...

10/08/2018



Ce n'est pas que je sois méchant.
C'est juste que je ne suis pas là pour te plaire !
Et ton intimité n'est pas un facteur déterminant de mon intérêt !